Quand je fais les choses, je réfléchis souvent des lustres, je fais un plan, puis, au dernier moment, je bidouille totalement n'importe quoi sur le vif, sans aucun rapport avec tout ce que j'avais prévu. Des fois ça fonctionne, des fois non.

Je voulais un snood, un col ou une écharpe pour mon Ourson de presque 3 ans. J'avais envie de jacquard réversible, de petits rennes, de flocons de neige, de vert doux. Ca tombait bien, j'avais ces fils verts Phildar achetés pendant ma grossesse pour faire un pull de bébé et jamais utilisés. J'ai préparé mes grilles de jacquard, réfléchi, calculé. Le modèle était prêt sur le papier. Mais je n'arrivais pas à m'y mettre, malgré le froid et les rhumes à répétition de l'Ourson. Puis je suis tombée dans la boutique de laine de mon quartier (La Boîte à Laine) sur une pelote toute douce, toute pelucheuse, toute moelleuse, toute fluffy, tellement que j'avais envie de me rouler dedans. Et il y avait ce si joli vert d'eau, presque gris, presque vert bronze. Et ce si joli bleu jean un peu grisé qui s'assortissait si bien. Et c'était si peu cher. Alors j'ai craqué. Pour deux pelotes de Katia Bombon coloris 205 et 215. Aux environs de 3,50 la pelote de 50g pour 85mètres, ça m'a complètement ruinée. D'accord, c'est du polyester, le prix s'explique. Mais c'est lavable facilement, doux, hypoallergénique, et tutti quanti. Et "ça sera vite fait" d'après la vendeuse.

Oui, mais. Ce que je ne savais pas, c'est que je n'avais jamais tricoté de fil pelucheux comme celui-ci. L'aspect ressemble presque à de la bouclette. Je commence un échantillon, quelque chose cloche. Le fil glisse mal sur mes aiguilles en bois et la taille conseillée est un enfer : les mailles sont petites, je les confonds avec les peluches, je rate des mailles, j'en tricote d'autres en double. Qu'à cela ne tienne, je cherche des aiguilles en métal dans le lot refilé par ma mère. La taille conseillée (4,5/5) n'est pas dispo, un truc inachevé pendouille dessus. Ne me voyant pas essayer plus petit alors qu'à 4,5 je galérais déjà, je tente la 6. Ça semble mieux, mais je suis obligée de tricoter encore plus lâche que d'habitude sinon je me mélange toujours les aiguilles dans les mailles. J'en viens à tricoter complètement irrégulièrement et je saute encore quelques mailles et en rajoute, c'est n'importe quoi, je rigole et je pleure un peu. Tant pis. Je commence quand même quelque chose avec, on verra bien. Je délaisse mon idée initiale de snood et me penche sur une sorte de col, dont je ne sais pas encore trop comment je vais le finir. Et ça a donné ça :

 

cassebombon1

Merci Monsieur Vari Noir-et-Blanc (Varecia variegata variegata) de faire le modèle.

Casse-Bombon est donc finalement un col en pointe fermé, en partie cousu sur la gauche de la pointe et avec une petite pression (il s'agit d'une pression en résine Kam, coloris B19, achetée il y a des lustres je ne sais même plus où) sur la droite, pour plus de faciliter à enfiler et des rayures croissantes, parce que je trouve ça plus joli que des rayures régulières qui ont tendance selon moi à faire "écharpe de supporter". L'avantage : ça couvre bien toute la surface des petits cous et nuques fragiles, l'épaisseur est doublée sur la gorge et descend bien bas en cas de manteau pas entièrement fermé, et ça ne remonte pas sur le museau si on ne le souhaite pas. L'idéal pour un Ourson remuant. Par contre, je me dis que le bouton pression n'est pas indispensable, ayant tricoté large et lâche, le col est très élastique. De plus, cette pression n'est soit pas vraiment adaptée à ce tricot, malgré la présence des petites peluches qui s'attrapent bien dedans, soit j'ai pris trop près de la maille d'à côté, qui a du coup tendance à venir recouvrir la pression (inconvénient du tricot lâche). Ce modèle aura été très facile, plutôt rapide malgré l'arrachage de cheveux sur ces maudites peluches, mais est améliorable. Un peu mortifiée de ne pas avoir utilisé mes pelotes Phildar qui patientent sagement depuis 3 ans maintenant, j'ai ajouté une "boucle" en chaînette au crochet en Partner Baby, coloris Sirène, pour faciliter l'accrochage au porte-manteau par des petites papattes.

 

cassebombon2

Evidemment, la boucle a été relevée pour les besoins de la photo, sinon elle se faufile gentiment dans les poils et ne dépasse pas bêtement sur la nuque. L'ajout de cette petite boucle m'a aussi permis de camoufler un ratage de maille qui formait un vilain trou. Vous voyez ? Non. C'est normal. Camouflé par une bidouille. C'est l'avantage de ce fil : vous pouvez faire vos mailles n'importe comment : on ne voit rien ou quasiment. Les puristes s'arracheront les cheveux sur ce blog, vous êtes prévenu-e-s. 

Et pour prouver que la pression n'est pas forcément utile, j'ai moi-même essayé d'enfiler le col sans la déboutonner. Verdict : j'y arrive. La preuve.

 

cassebombon3

J'ai VRAIMENT tricoté lâche, c'est très élastique. Mais ça couvre quand même très bien les petits cous ; tricoté en jersey, le col vient s'enrouler doucement et moelleusement sous le menton de l'Ourson.

Je ne crois pas avoir inventé l'eau chaude ou un modèle inédit avec ce petit col facile, je me suis inspirée de différentes formes que j'avais vues à plusieurs endroits, comme par exemple ici (juste le dernier exemple en date dans mon historique), mais si quelqu'un le souhaite, je peux faire un tuto-bidouille de Casse-Bombon, surtout que je pense retricoter cette forme, mieux et avec d'autres fils (si possible moins casse-bonbon).